Cartographier les solutions de coopération Sud-Sud dans les États arabes

Etats arabes

Sécurité alimentaire: développement de la pisciculture en Afrique

vendredi, 16 mars 2018 00:29 Written by 
  • Location(s): Egypt
  • Type(s): Solution
  • Theme(s): Agriculture , Aquaculture, Food Security
  • SDG(s): 2. Zero Hunger
  • Locations of Agro Solutions: Egypt
  • Types of Agro Solutions: Solution
  • Themes in Agro Solutions: Agriculture , Aquaculture, Food Security
  • SDGs in Agro Solutions: 2. Zero Hunger
  • Locations in the Arab States: Egypt
  • Types in the Arab States: Solution
  • Themes in the Arab States: Agriculture , Aquaculture, Food Security
  • SDGs in the Arab States: 2. Zero Hunger
  • Types of ComSec Solutions: Solution

Les produits de poisson et autres produits de la pêche sont des produits alimentaires préférés en Afrique en raison de ses éléments nutritifs, riches en protéines et en micronutriments. Le prix du poisson est raisonnable (c'est-à-dire meilleur marché que celui des substituts, comme la viande) et fait partie intégrante des régimes traditionnels. Malheureusement, en raison des effets combinés de la croissance démographique rapide et de la diminution de la production de poisson de capture, l'offre de poisson par habitant a montré une tendance à la baisse dans la région africaine et de nombreux pays importent une quantité importante de poisson chaque année. Cette dernière cause un déficit alimentaire et une augmentation des prix du poisson. Comme il n’est pas possible d’accroître les captures de poisson dans l’environnement naturel, les gouvernements des pays africains ont mis davantage l’accent sur l’aquaculture afin de combler l’écart entre la demande et l’offre de poisson pour la sécurité alimentaire nationale.

Le programme de formation intitulé «Programme de formation pour les pays tiers (TCTP) sur le développement de la pisciculture» a permis de renforcer les capacités des agriculteurs locaux grâce à une formation pratique et à des connaissances sur les conditions climatiques, les espèces de poissons d'élevage et les technologies d'élevage en pratique. Ces facteurs communs offrent aux stagiaires africains une plateforme leur permettant de tirer profit du cours de formation, d’échanger des opinions et de mettre en pratique leurs pratiques concernant l’application du contenu du cours dans les pays d’origine.

Il était soutenu par l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et le gouvernement égyptien, par l'intermédiaire de l'Agence égyptienne de partenariat pour le développement (EAPD), sur la base de l'accord sur le «Programme de coopération technique triangulaire entre le Japon et l'Égypte pour la promotion de la coopération Sud-Sud en Afrique». .

Une formation de 3 mois est mise en place une fois par an depuis 2004 en Égypte. La formation a été dispensée en Égypte, sous la forme de groupes et d'exercices pratiques sur le terrain, à l'intention de 191 participants de 21 pays africains. Tous les participants ont leur propre bassin d’aquaculture et réalisent plusieurs expériences par eux-mêmes. Les pays participants proviennent des pays suivants: Bénin, Burundi, Cameroun, Comores, RDC, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Ghana, Kenya, Madagascar, Malawi, Maurice, Namibie, Rwanda, Soudan du Sud, Soudan, Tanzanie, Togo, Ouganda et Zambie.

A la suite des formations:

  • Le secteur de l'aquaculture en Égypte a connu une évolution rapide au cours des 20 dernières années. Aujourd'hui, l'Égypte se classe au 9ème rang dans la production piscicole et au 1er rang des pays africains.
  • Grâce à l'expertise égyptienne, l'échange de connaissances entre l'Égypte et les pays voisins a permis de renforcer leurs capacités et de les appliquer pour un développement et une gestion adéquats du secteur de l'aquaculture dans leurs propres pays.
  • Les participants pourraient augmenter la production de poisson et les revenus de l’aquaculture; Exemple: un participant du Malawi a pu augmenter la productivité du tilapia de 1-2 tonnes / ha à 5,5 tonnes / ha et à 8,0 tonnes / ha de poisson-chat. Un participant ougandais a augmenté le nombre d'étangs, de 50 à 110 (60 nouveaux étangs), dans sa zone de responsabilité. (2016)

Partenaires : JICA et EAPD; Assistance technique fournie par l’Institut de formation: Centre international égyptien pour l’agriculture (EICA) et World Fish

Budget: coûts de formation et d'invitation. 170 000 USD / an

Détails du contact:
Agence japonaise de coopération internationale (JICA) en Égypte;
M. Satoko Maruyama
Conseiller en formulation de projet, bureau de la JICA en Egypte
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

{galerie} sud-sud-monde / galeries / aquaculture-poisson-egypte {/ galerie}

Read 5656 times Last modified on lundi, 04 février 2019 01:08
Login to post comments
UNOSSC, Division for Arab States, Europe & the CIS RT @WGEO_org: “The African region is rich in natural resources from the quality of our soil, water and minerals that we depend and base our… 1 year ago